Le Collectif de soutien aux Maliens de Montfort sur Meu

"Droits Devant !" accuse le gouvernement de jouer la montre

NOUVELOBS.COM | 06.05.2008 | 10:04
 
Selon Droits Devant !, l’association qui lutte contre l’exclusion sociale, le gouvernement serait "manifestement gêné pour prendre une décision politique de fond" dans le processus de régularisation des sans-papier grévistes. Il "prend un risque majeur d’amplifier le conflit", prévient-elle.

Manifestations des sans papiers, à Paris,le 1er mai 2008.

Manifestations des sans papiers, à Paris,le 1er mai 2008. (Sipa)

L’association Droits Devant ! qui soutient, avec la CGT, la grève de salariés sans-papiers en Ile-de-France engagée depuis trois semaines, a accusé lundi 5 mai le gouvernement de "jouer la montre" et de "chercher à manipuler le mouvement".
"Après la régularisation la semaine dernière de trois des dix cuisiniers sans-papiers du restaurant "La Jatte" à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le gouvernement, manifestement gêné pour prendre une décision politique de fond, semble maintenant jouer la montre", écrit l’association dans un communiqué.

"Mensonge éhonté"

"La préfecture des Hauts-de-Seine, explique-t-elle, a convoqué les sept autres cuisiniers sans-papiers de "La Jatte", ainsi que cinq des grévistes de "Passion Traiteur" à Colombes, mais n’a pas pour autant procédé à leur régularisation : elle s’est contentée de prolonger leurs autorisations provisoires de séjour, prétextant de problèmes techniques et de l’insuffisance de personnels administratifs".
Par ailleurs, estime encore Droits Devant !, "la préfecture de Police de Paris se livre à une opération de manipulation, qui consiste à faire croire aux travailleurs sans-papiers que c’est désormais la CGT qui centralise et transmet à la préfecture leurs demandes de régularisation (...), mensonge éhonté, ajoute l’association, puisque les décisions de régularisation appartiennent exclusivement aux préfectures et au gouvernement, et que la CGT n’a jamais eu pour intention de se transformer en annexe préfectorale".

"Manipulations"

"Que le gouvernement ne s’y trompe pas, conclut le communiqué, à vouloir jouer la montre et les manipulations, il prend un risque majeur d’amplifier le conflit".
La préfecture de police a indiqué lundi à que "comme pour tous les dossiers", elle "reçoit et traite les demandes de régularisation de manière individuelle".
Douze salariés résidant en Seine-Saint-Denis ont reçu lundi la promesse de la préfecture de ce département d’obtenir un titre de séjour tandis que trois autres, en grève dans les Hauts-de-Seine, avaient obtenu la semaine dernière leurs récépissés de régularisation.
jeudi 8 mai 2008.


09/05/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 154 autres membres